h1

L’herbe bleue [Roman]

juin 14, 2009

l'herbe bleue

L’herbe bleue est le journal intime d’une jeune droguée de 15 ans. En réalité c’est une psychologue américaine qui a écrit ce livre en s’inspirant de ses expériences. J’ai lu ce livre en croyant que c’était une oeuvre autobiographique et ça m’a plutôt accroché.

L’histoire: Un soir, une jeune fille mal dans sa peau est invitée à une soirée. Elle ne le sait pas mais, dans 10 des 14 verres, il y a du LSD. C’est sa première prise de drogue, à son insu. Elle y prend goût et tout s’enchaîne très vite : elle se drogue de plus en plus souvent, développe une addiction, quitte ses parents, vend sa « came » et se retrouve presque à la rue. Elle fera de nombreuses tentatives pour arrêter de se droguer, et finira dans un asile psychiatrique.

Ce livre nous plonge donc dans l’univers d’une ado de 15 ans complexée et fragile qui se confit à son journal. On partage donc ses sentiments, ses craintes, ses envies, tout ceci avec la vision d’une fille de cette âge là.  Même si elle vit dans une famille agréable, elle est assez instable, un coup heureuse, un coup déprimée, comme beaucoup d’ados. Cependant elle se retrouve embarquée dans la drogue, un soir durant une fête et c’est le début d’une descente aux enfers. Là encore les sensations qu’elle rescent sont décrites avec ses mots à elle. Après cela elle touche un peu à tout, elle revend, elle fugue, finit dans un hopital psychiatrique….

« Ce journal  décrit le monde isolé et désespéré des jeunes toxicomanes. Non pas de l’extérieur :  cette descente aux enfers est  vécue de l’intérieur par une adolescente qui lutte en vain. Le journal donne un aperçu réel de la spirale incontrôlable  dans laquelle elle se trouve : un parcours sans issue, où de vraies rechutes succèdent à de faux espoirs. »  » Triste et poignant, ce journal nous retrace la descente aux enfers d’une génération entière face à laquelle les adultes sont impuissants. Style simple et parlé qui restitue authentiquement l’univers intérieur de l’adolescente « .

A la fin du livre la jeune fille se porte mieux, reprend goût à la vie et décide d’arreter d’écrire son journal. Puis on nous laisse avec un épilogue: « L’auteur de ce journal est morte trois semaines après avoir pris la décision de ne plus en tenir un. Ses parents sont rentrés un soir du cinéma et l’ont trouvée morte. Ils ont appelé la police , une ambulance, mais il n’y avait plus rien à faire. Etait-ce une dose trop forte ? Accidentelle ? Préméditée ? Personne ne le sait et cela n’a que peu d’importance , dans le fond. Ce qui importe , c’est que cette enfant est morte.
Et qu’elle n’est qu’une des cinquante mille victimes de la drogue qui succombèrent cette année-là.
»

Lire ce livre en pensant que c’est une jeune fille qui l’a écrit a donc été fort plaisant car donne un point de vue personnel sur le thème grave qu’est la drogue chez les adolescents. Un peu déçu d’apprendre donc que ça été écrit par une psy dans un but plus moralisateur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :